SOCIETY

Pleins feux sur nos  sapeurs-pompiers

Pleins feux sur nos sapeurs-pompiers

29 September 2020
Il nous reçoit dans son bureau au sein de la caserne, pile à l’heure, uniforme impeccable. Au fil de notre conversation, le masque qu’il porte ne nous empêche en rien de percevoir la passion qu’il ressent pour son métier, elle se lit dans ses yeux. Rencontre avec le Capitaine Cyrille Pallud, nouveau chef du Centre d’Incendie et de Secours de Saint-Martin.
 
IMG 5761Sapeur-pompier dont la vocation est née pendant ses années lycée en étant témoin d’une intervention par les hommes du feu de sa Guyane natale, le Capitaine Pallud suit un cursus universitaire en Guadeloupe. Sa maitrise en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) en poche, il se rend en 2003 en France hexagonale pour y passer le concours de pompier professionnel, concours réussi haut la main qui l’amène en Gironde jusqu’au grade de Sergent. Devenu Officier Lieutenant en 2008, il postule au Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) de la Guadeloupe et est nommé chef de centre du Centre d’Incendie et de Secours (CIS) de Petit-Bourg jusqu’en 2015 où il prend le commandement du CIS de Morne-à-L’eau. Depuis le 15 juillet, c’est de notre propre CIS dont il est devenu le chef de centre, et ce pour 3 ans.
 
Pourquoi Saint-Martin ?
 
« Par volonté personnelle. Ma première rencontre avec Saint-Martin fut professionnelle, à cause de la tristement célèbre Irma en 2017, j’étais le chef de détachement du premier groupe de 50 hommes arrivé de Guadeloupe en bateau, les 8 heures de traversée m’ont parues une éternité. »
La sincérité dans la voix du Capitaine est palpable. Quelque chose d’indicible s’est passé entre lui et notre île -comme il aime l’appeler-. Le partage avec les collègues pompiers d’ici, le contact avec la population et la complexité de ces deux pays sur un même territoire ont scellé cet attachement particulier.
« Lorsque notre Directeur Départemental d’Incendie et de Secours nous a annoncé l’année dernière que l’on pouvait choisir l’affectation de nos postes, j’ai de suite pensé à Saint-Martin, et me voilà fièrement à la tête d’une caserne de 30 sapeurs-pompiers professionnels (SPP) et de 60 sapeurs-pompiers volontaires (SPV) que je dirige avec la plus grande des bienveillances. J’en profite d’ailleurs pour les féliciter pour le travail exceptionnel réalisé post-Irma et pendant la première phase du Covid-19, mention spéciale à mon adjoint, le Lieutenant Trival-Faulech qui a assuré l'intérim avec brio. »
 
Prévention et formation
 
Le protocole de sécurité lié au Coronavirus est dorénavant bien rodé. Régulés par le SAMU, les pompiers assurent les transports de personne en urgence vitale : la détresse de la victime nécessite que son transport jusqu’au centre hospitalier soit assuré par les pompiers. Une ambulance spécialement conçue au transport Covid-19 (ou suspicion de) peut être réservée à cet effet. Selon le Capitaine Pallud, la vigilance et le maintien des gestes barrières ainsi que le port du masque restent particulièrement de mise.
Côté sécurité routière, rappel vital des consignes de prudence pour tout usager de deux-roues, portez le casque (ça change du masque) et modérez votre vitesse, votre vie en dépend. Pour les conducteurs de voiture, gardez l’œil ouvert, les deux, c’est encore mieux.
3 ans plus tard et de nombreuses réparations effectuées par le biais de la Collectivité et de l’accompagnement de Madame Pétrus, notre CIS fortement impacté par Irma est toujours en cours de reconstruction, mais 100% opérationnel pour les interventions. L’optimisation du centre est un des nombreux projets à moyen-long terme du Capitaine. Quant aux ressources, il ne se sent pas lésé: les camions sont fonctionnels et les ambulances en passe d’être changées. Même si 15 nouvelles recrues volontaires ont terminé le module de secours à la personne et d’incendie, les effectifs continuent cruellement de manquer. L’appel aux sapeurs-pompiers volontaires est lancé. Osez contacter la caserne sans plus tarder, vous y trouverez une équipe du feu de Dieu.
Notez que la formation pour devenir SPV est exigeante au vu des sessions de 10 jours mais il existe des conventions entre employeur et employé pour faciliter le suivi de cet apprentissage qui permet de sauver des vies. Un employé SPV qui est formé pour agir en cas de catastrophe est une plus-value non-négligeable pour un employeur, c’est un peu comme avoir son propre super-héros sur son lieu de travail.
 
Les mots de la fin
 
« J’ai la chance d’avoir sous mes ordres une équipe de femmes et d’hommes pompiers issus de différents quartiers, cultures, origines ; ça donne un vivier tellement riche que nos différences font notre force. Et ce qui nous réunit, c'est la population, nous sommes au service des habitants de Saint-Martin, c’est là aussi que réside cette force. » 
 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.