SOCIETY

Photo d'archives
Photo d'archives

Emeutes de décembre : 5 ans de prison ferme pour l’un des tireurs sur les gendarmes

14 April 2022
Le couperet est tombé vendredi dernier. Le tribunal d’instance de Basse-Terre a reconnu coupable et condamné à cinq ans de prison ferme l’un des auteurs de tirs sur les forces de l’ordre, lors des émeutes qui ont eu lieu à Sandy Ground début décembre 2021.
« S.L a été reconnu coupable des faits de violence volontaire sur dépositaire de l’ordre public avec usage d’une arme à feu n’ayant entrainé aucune blessure, des faits d’incendie de véhicule et pour sa participation à un attroupement non autorisé en dissimulant son visage. Des faits constatés le 2 décembre 2021 pour lesquels S.L a été condamné à une peine de 5 ans de prison ferme plus des dommages et intérêts », indique le lieutenant-colonel Wintzer de la gendarmerie de Saint-Martin. Il précise encore que « l’enquête se poursuit pour présenter devant la justice d’autres tireurs de cette même journée du 2 décembre, dont celui qui a blessé le gendarme par balle ». Et de conclure « On ne tire pas impunément sur les gendarmes ».
Pour rappel des faits, cette journée du jeudi 2 décembre dernier, les quartiers de Sandy Ground et de la Baie Nettlé étaient la proie de violences urbaines, dominées par une quarantaine d’individus. Un gendarme était blessé par arme à feu et au total 7 militaires étaient blessés, dont deux grièvement. Les autorités indiquaient alors qu’un individu avait été interpellé et le préfet alors en poste, Serge Gouteyron assurait que d’autres auraient lieu.
 
« On ne tire pas impunément sur les gendarmes » (Lieutenant-Colonel Wintzer)
 
A la suite de cette interpellation, la violence était encore montée crescendo entre les jeunes de la rue et les militaires, avec des tirs à l’aide d’armes de paint-ball munies de projectiles en billes de verre d’un côté et des lancements de bombes lacrymogènes de l’autre côté. Un autre gendarme était grièvement touché au visage par l’un de ces tirs de billes en verre.
Durant ces quelques jours d’émeutes, neuf véhicules et autres objets étaient incendiés, deux supérettes chinoises, une laverie et un restaurant étaient pillés et saccagés.
Des renforts en hommes, en matériel et en unité spécialisé, étaient arrivés sur le territoire et Serge Gouteyron avait formellement commenté : « Notre objectif est de trouver les tireurs et ceux qui détiennent des armes, et on les trouvera ».
L’homme interpelé et condamné vendredi dernier par le tribunal de Basse-Terre n’est pas celui qui a blessé par balle le militaire. Il a néanmoins écopé de 5 années d’emprisonnement ferme.

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.