POLITICS

Le Président Gibbs s’exprime sur l’actualité et les conflits sociaux

Le Président Gibbs s’exprime sur l’actualité et les conflits sociaux

22 April 2019
Après plusieurs semaines mouvementées, Daniel Gibbs a souhaité réunir ses vice-présidents et la presse, jeudi 18 avril dernier, pour aborder de nombreux sujets qui mettent le territoire à « fleur de peau ». Un point de situation pour lequel le président s’est exprimé pendant plus d’une heure.

« Aujourd’hui, je veux être clair sur la méthode, clair sur les objectifs, clair sur notre façon de gérer cette collectivité et sur notre volonté avec mon équipe de poursuivre le travail engagé avec nos partenaires depuis le passage d’Irma », a introduit le Président Gibbs qui dit être à l’écoute de ses concitoyens, de leurs inquiétudes, de leurs doléances sur la reconstruction, mais dit en revanche mettre de côté « les palabres inutiles de ceux qui s’en prennent à ma personne à des fins purement politiciennes ». « Je peux comprendre la frustration, je peux entendre la colère, mais ce qui est intolérable, c’est le manque de respect à ma fonction et celle de mes élus », a-t-il martelé avant de rentrer dans le vif des sujets, en premier lieu desquels, ses échanges avec la Ministre Annick Girardin lors de sa récente visite du territoire. 

46 M€ DU FSUE : REPORT AU 31 AOÛT DU DROIT DE TIRAGE EXCLUSIF

Pour mémoire, suite à l’ouragan Irma, l’Europe a débloqué 49 M€ au titre de son Fonds de Secours d’Urgence (FSUE), dont 46 M€ dédiés à Saint-Martin et 3M€ dédiés à la Guadeloupe. Fait exceptionnel, un droit de tirage exclusif a été accordé par l'Etat à Saint-Martin pour ces 46 M€, afin que la Collectivité engage sa reconstruction, notamment des établissements scolaires et autres bâtiments publics. Or ce droit de tirage exclusif était autorisé jusqu’au 30 juin 2019. Une date trop proche pour la Collectivité qui prévoit d’utiliser la période des vacances scolaires de l’été pour finaliser les investissements sur la reconstruction des écoles pendant cette période. Lors de sa visite à Saint-Martin, la ministre a annoncé qu’elle était favorable à laisser à Saint-Martin un « droit de tirage » exclusif sur les 46M€ jusqu’au 31 août 2019. 

AVENANT AU PROTOCOLE POUR ACCOMPAGNER L’INVESTISSEMENT

La ministre a évoqué la rédaction d’un avenant au protocole signé entre l’Etat et la Collectivité en novembre 2017, pour un engagement plus fort de l’Etat dans l’accompagnement des investissements. Une décision pouvant venir compenser la perte des 25 M€ qui devaient abonder les caisses de la Collectivité afin d’assurer l’équilibre de son fonctionnement et dont la suppression a été confirmée par la ministre. Cette décision, si elle est actée, va venir en aide « pour accélérer la reconstruction et participer à l’équilibre financier de la Collectivité », a indiqué le président. Et d’ajouter : « Un travail concerté sera engagé avec madame la Préfète Sylvie FEUCHER et ses équipes pour mettre en œuvre ensemble cette révision financière de notre budget ». « La ministre a également confirmé que pour 2019 - et aussi 2020 et 2021 – les enveloppes seront disponibles pour nous aider et soutenir nos projets d’investissement. A nous de mettre en place une administration forte pour gérer l’opérationnel », a continué Daniel Gibbs. 

SUR LA GRÈVE ET LES CONFLITS SOCIAUX

Le président a indiqué « avoir épuisé les discussions, les négociations, les médiations sur la question des 16 personnes que l’UGTG veut intégrer dans la fonction publique territoriale. La situation est bloquée à ce niveau et ce n’est pas faute d’avoir cherché des solutions ! Ce n’est pas faute d’avoir ouvert ma porte pour discuter ». Le président a rappelé les propositions communes faites par ses services et ceux de la préfecture, pour former ces 16 agents à des métiers, des formations rémunérées au même salaire que celui que ces personnes avaient en travaillant à la CTOS, pour les métiers de la petite enfance, les métiers du BTP, l’hôtellerie-restauration, les métiers de l’animation sportive et socio-éducative, tous des métiers dont le territoire a exprimé des besoins. Des propositions qui ont été refusées par le syndicat UGTG… « Je ne sais pas si ces personnes ont bien été informées de ce qu’elles perdent », a-t-il regretté. 

MALGRÉ TOUT, UN PROTOCOLE D’ACCORD SIGNÉ POUR LA RÉVISION DES CARRIÈRES DES AGENTS

« Nous sommes la première mandature à avoir accepté la révision des carrières des agents et la mise en place du régime indemnitaire ! C’est un droit pour les agents, c’était mérité et nous l’avons fait malgré les difficultés financières ! Cet accord concerne tous les agents territoriaux et représente une somme considérable à imputer au fonctionnement de la collectivité. C’est en réalité plusieurs millions d’euros sur les trois années à venir… Je ne veux surtout pas que cet accord soit passé sous silence sous prétexte que le syndicat focalise uniquement sur l’embauche de 16 personnes ! » Et de conclure sur ce point : «  Nous ne pouvons que regretter les blocages opérés sur les services de la collectivité. En voulant empêcher celle-ci de fonctionner, les grévistes ralentissent les dossiers et donc les accords qui viennent d’être signés en leur faveur… »

UNE POLITIQUE D’URBANISME ACCUSÉE D’OPPOSER LES COMMUNAUTÉS

« J’entends aussi beaucoup de fausses déclarations sur la politique d’urbanisme que nous menons avec mon 4e vice-président Steven Patrick. Il est temps que nos opposants politiques cessent de faire de la désinformation en attisant inutilement les tensions et en essayant d’opposer les communautés ! 
Je rappelle qu’il n’y a pas de traitement à double vitesse pour une partie de la population ou pour une autre ! La règle s’applique à tout le monde.  Dès le mois de janvier 2018 nous avons annoncé de nouvelles règles d’urbanisme. Le but était de simplifier les procédures et de permettre un démarrage rapide de la reconstruction. Nous avons créé la Déclaration Préalable Irma (DPI), qui était en vigueur jusqu’au 31 Mars 2019. 
Je veux souligner ici pour que tout le monde comprenne bien, que cette autorisation est valable DEUX ans renouvelable UN an !  Les propriétaires ont donc encore le temps de lancer leurs travaux. Je précise que la DPI n’a concerné que les maisons individuelles et les bâtiments d’habitations collectifs. Depuis le 1er avril 2019, nous sommes donc retombés dans les règles d’urbanisme de droit commun : c’est-à-dire la Déclaration préalable pour les travaux de réparations – le Permis de construire pour les travaux de reconstruction ou les constructions nouvelles – l’Autorisation de travaux pour les établissements qui reçoivent du public ». 

FUTUR PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS, PHASE D'OBSERVATION POUR LA COLLECTIVITÉ

Enfin, concernant le futur Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) qui devra dès janvier 2020 venir en remplacement du PPRN entré en vigueur en 2011, Daniel Gibbs a indiqué avoir « une écoute attentive de ce que nous dit l’Etat qui est dans son rôle puisqu’il détient la compétence de l’Environnement. C’est le début des réunions publiques, (la seconde a lieu ce matin, à la CCISM, ndlr) nous devons tous y assister. Il conviendra bien sûr de se montrer vigilants le moment venu sur ce qui sera préconisé pour l’avenir de Saint-Martin ». 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.