POLITICS

Entretien avec le président Louis Mussington

Entretien avec le président Louis Mussington

15 July 2022
Elue le 4 avril dernier, la nouvelle majorité conduite par le président Louis Mussington vient de passer le cap des 100 premiers jours. L’occasion pour faire le point sur les premières actions menées par la nouvelle gouvernance et pour tracer les perspectives. Entretien avec le président de la Collectivité de Saint-Martin, Louis Mussington.
Le 97150 : Monsieur le président, merci de nous accorder ce premier entretien depuis votre élection, en avril dernier. Vous aviez annoncé dans votre programme « Des actions concrètes au service de tous ». Durant ces trois premiers mois, on a pu observer des améliorations dans la vie quotidienne de la population : trous rebouchés sur les routes, réhabilitation des toilettes publiques de Marigot, restauration du mobilier urbain, nettoyage des espaces verts… Est-ce que ces petits travaux et projets sont des effets d’annonce marquant l’action dès votre investiture ou bien est-ce que cela va continuer à ce même rythme ?
Louis Mussington : Effectivement, cela faisait partie de nos engagements forts pris vis-à-vis de la population, répondre immédiatement à certaines de leurs attentes qui se faisaient attendre. Reboucher les trous et autres nids de poule sur les routes, embellir et nettoyer les espaces publics… Ce sont des réalisations simples et faciles à mettre en œuvre et qui participent du bien-être quotidien de la population. Il est important pour nous d’être à l’écoute et d’apporter rapidement des réponses. Mais surtout, je veux souligner que tous ces menus travaux se réalisent avec un élan et une volonté manifestes de nos agents qui ont pris la mesure de nos engagements et souhaitent nous accompagner au plus près.
 
Le 97150 : Vous avez en quelque sorte remotivé les équipes et les agents de la Collectivité ?
Louis Mussington : Comment voulez-vous faire avancer une Collectivité avec des agents éprouvant des sentiments de frustration ? Beaucoup d’entre eux avaient l’impression d’être placardés depuis des années et c’est certain que dans ces conditions, il était difficile de tirer le meilleur d’eux-mêmes. Nous avons pris le temps de les rencontrer et de redéfinir ensemble les évolutions de leur carrière. Vous savez, nous avons beaucoup d’agents compétents. Nous nous devions de mobiliser l’ensemble de ces compétences et de redonner la considération que ces agents méritent afin qu’ils soient totalement efficaces. Ceux qui étaient en capacité d’évoluer de façon réglementaire de cadre C à cadre B, ont été automatiquement réévalués. Nos agents éprouvent aujourd’hui un sentiment de fierté qu’ils avaient perdu et ont ainsi envie de contribuer à l’avancement de notre programme. Il nous faut optimiser l’ensemble des services afin de parvenir à une administration digne de ce nom. Concernant notre administration et toujours dans le but de l’optimiser, nous avons un nouveau Directeur Général des Services qui prendra ses fonctions en septembre prochain. J’ai eu l’occasion de le rencontrer lors de mon récent déplacement à Paris et en Europe, et je suis extrêmement confiant dans les qualités et les compétences de cette personne.
 
Le 97150 : Vous avez souhaité changer radicalement le mode de gouvernance par rapport à l’ancienne mandature, et votre nouveau gouvernement a plusieurs têtes fortes, chacun ayant des compétences qui leur sont entièrement dévolues … Parmi eux, Frantz Gumbs, élu récemment député va devoir quitter l’exécutif. Qui va le remplacer ?
Louis Mussington : Nous avions prévu de voter une délibération sur ce sujet lors du prochain conseil territorial (qui se tient aujourd’hui, vendredi 15 juillet, NDLR). Toutefois, Daniel Gibbs qui était également candidat à ces élections législatives mais qui a perdu l’élection au profit de Frantz Gumbs, lequel a remporté le siège de député avec 67.21% des voix, a fait un recours auprès du Conseil constitutionnel. Nous ne connaissons pas la teneur de ce recours, Daniel Gibbs étant resté discret sur le sujet. Cependant, par principe et par respect, nous allons attendre la décision que prendra le Conseil constitutionnel face à ce recours avant de remanier notre exécutif. La délibération sera donc retirée de l’ordre du jour du conseil territorial.
 
Le 97150 : Vos priorités sont en partie tournées vers la jeunesse, l’emploi, la formation professionnelle. A côtés de ces priorités, quels sont les grands projets qui tiennent à cœur du RSM-A ?
Louis Mussington : Comme vous le savez, depuis l’avènement de Saint-Martin en Collectivité d’Outre-mer, en 2007, je me bats pour une révision de notre Loi Organique ainsi que pour la réévaluation du transfert des charges des compétences. Lors de mon récent déplacement à Paris, notamment lors de ma rencontre avec le conseiller à l’outre-mer du président Macron et également avec le nouveau ministre délégué des Outre-mer, j’ai évidemment mis ces dossiers importants pour le développement du territoire de Saint-Martin sur la table des discussions. Et je leur ai bien dit que j’avais un pays à reconstruire. Nous avons soutenu le candidat Emmanuel Macron pour sa réélection à la présidence de la France, et au même moment où j’étais avec le conseiller de l’Elysée, notre député, Frantz Gumbs, soutenait la candidature de Yaël Braun-Pivet à l’élection de la présidence de l’Assemblée Nationale. Ils sont conscients que nous attendons un retour d’ascenseur. Lors des dernières élections présidentielles et législatives, Emmanuel Macron a été désavoué dans les outre-mer eu égard à sa gestion de la crise sanitaire et il doit redorer son blason… Nous espérons avoir été entendus sur ces dossiers.
 
Le 97150 : S’il est encore prématuré de parler des grands projets que va souhaiter conduire votre mandature, pouvez-vous nous parler des projets qui étaient déjà dans les tuyaux, initiés par l’ancienne majorité, en l’occurrence les collèges 600 (Quartier d’Orléans) et 900 (La Savane), la médiathèque, le centre nautique de la Savane ?
Louis Mussington : S'agissant des collèges 600 et 900 et du centre nautique de la Savane, il y a urgence à mettre en route ces travaux, car les fonds structurels et européens (REACT-EU) sont engagés et doivent être utilisés avant le 31 décembre 2023, sinon ils seront perdus. Les travaux de la médiathèque sont eux déjà enclenchés. A noter que quelques contraintes environnementales, notamment eu égard à la loi sur l’eau, vont nous imposer de remanier le projet du centre nautique. Le projet n’est pas abandonné, mais doit être modifié.
 
Le 97150 : Et quid des centres culturels dans les quartiers, des stades et plateaux sportifs ?
Louis Mussington : Concernant la construction des centres culturels, la réhabilitation des stades et autres plateaux sportifs, il nous faut solliciter les fonds FEDER et ce sera la Semsamar qui sera maître d’ouvrage délégué pour les travaux. Je ne peux pas encore préciser les délais, mais nous nous attacherons en urgence à la construction d’un premier centre culturel, soit à Sandy Ground, soit à Grand Case ou à Quartier d’Orléans. Pour ces dossiers, nous devons dans un premier temps embaucher des ingénieurs et réorganiser en profondeur le service de la commande publique, pour débloquer les situations et pour que nos appels d’offre ne soient pas retoqués comme cela a été souvent le cas par le passé. La commande publique représente un véritable levier de l’économie locale. Avant d’élaborer tout projet, et pour être certain qu’il arrivera à son terme, nous devons asseoir l’administration de la Collectivité et en premier chef la commande publique.
 
Le 97150 : Et que va-t-il advenir du projet d’aménagement du front de mer de Marigot ?
Louis Mussington : S’agissant de ce projet d’aménagement du front de mer et des études menées, je n’ai eu pour l’heure à ma connaissance aucun document concret. Ni concernant la réforme fiscale, d’ailleurs… Une fois que nous aurons connaissance des dossiers, nous remettrons tout à plat. Nous sommes conscients de la nécessité du réaménagement du front de mer, notamment pour accueillir les méga-yachts dans la baie de Marigot. Nous étudierons en temps et en heure vers quelle meilleure formule nous orienter. Toutefois, un premier projet nous semble urgent, celui de la construction d’une véritable cité administrative de la Collectivité. Il faut savoir que depuis l’ouragan Irma et la destruction des bâtiments publics, la Collectivité dépense 1 million par an en locaux pour nos différents services. De surcroît, le fait que les services soient dispersés nous fait perdre en efficacité. Il nous faut penser à reconcentrer nos services. Cette cité administrative sera composée d’un bâtiment pour l’hôtel de la Collectivité et un bâtiment pour l’assemblée, rejoignant ainsi notre profonde conviction de la nécessité d’une nette séparation des pouvoirs entre l’exécutif et l’organe territorial.
 
Le 97150 : Président, quels sont vos mots pour conclure cet entretien ?
Louis Mussington : Nous avons un immense chantier à construire qui ne peut être réduit en un seul entretien… Beaucoup d'autres sujets sont l'objet de toute notre attention : l’environnement, la sécurité… Nous aurons l’occasion d’aborder tous ces autres sujets lors d’une prochaine rencontre. Ce que vos lecteurs doivent savoir, c’est que nous nous sommes tous mis très rapidement au travail dès notre investiture, afin d’apporter les meilleures réponses à tous nos concitoyens, dans les meilleurs délais.

Propos recueillis par Valérie Daizey

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.