POLITICS

Election présidentielle : Le raz-de-marée de Marine Le Pen dans les Outre-mer

Election présidentielle : Le raz-de-marée de Marine Le Pen dans les Outre-mer

26 April 2022
La Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre-et-Miquelon et la Réunion ont placé la candidate du Rassemblement National à plus de 50% des suffrages. La Guadeloupe caracole même à près de 70%. Des territoires pour la plupart dans lesquels Jean-Luc Mélenchon avait fait des scores importants au premier tour.
Si au niveau national Emmanuel Macron remporte l’élection à la fonction suprême face à Marine Le Pen, cette dernière a été largement plébiscitée dans la majeure partie des territoires d’outre-mer, néanmoins dans un contexte d’abstention important. En Guadeloupe, elle a recueilli 69.6% des voix avec un taux d’abstention de 40.61% des électeurs inscrits. Un contraste saisissant dans l’île au Papillon, avec le scrutin de 2017 où Emmanuel Macron avait largement remporté les suffrages des guadeloupéens, avec 75.13%, face à Marine Le Pen.
Selon les chiffres diffusés par le ministère de l’Intérieur le soir de l’élection, les scores en faveur de Marine Le Pen sont de 60.87% en Martinique, 60.70% en Guyane, 55.75% à Saint-Martin, 54.73% à Saint-Barthélemy, 59.57% à la Réunion. A l’exception de Saint-Barthélemy où Emmanuel Macron était arrivé en tête des suffrages (23.81%) devant Marine Le Pen (22.41%), suivi par Eric Zemmour (17.75%) au premier tour, dans tous ces territoires, Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête le 10 avril dernier. Il n’y a qu'à Wallis-et-Futuna, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie que le président sortant Emmanuel Macron est arrivé en tête pour ce second tour.
 
Un vote « contre »
 
Malgré une abstention massive dans ces territoires, les électeurs se sont toutefois plus déplacés dans les bureaux de vote qu’au premier tour. Selon les analyses du politologue Martial Foucault, titulaire de la Chaire Outre-mer de Sciences Po., les électeurs se seraient déplacés pour faire barrage au président sortant, et le vote en faveur de Marine Le Pen serait plus un vote par défaut, et non pas un vote d’adhésion au programme de la frontiste. Et malgré la consigne de Jean-Luc Mélenchon de « ne pas donner une voix à Marine Le Pen », la candidate du Rassemblement National aurait quand même glané des voix de ce côté-là. On se souvient des importants mouvements de contestation sociale qui ont embrasé les îles de la Guadeloupe et la Martinique, en fin d’année 2021, poussant le gouvernement à envoyer des renforts aux forces de l’ordre. Une colère sociale contre Emmanuel Macron et la politique sanitaire du gouvernement sortant, obligeant les soignants et les sapeur-pompiers à se faire vacciner contre le Covid-19.

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.