POLITICS

Daniel Gibbs dans la course aux législatives

Daniel Gibbs dans la course aux législatives

20 May 2022
Annoncé par voie de communiqué dès mardi, la candidature de Daniel Gibbs aux législatives a été officialisée jeudi matin lors d’une conférence de presse. Il fut le premier député de la circonscription de 2012 à 2017. Pour ce nouveau mandat, il sera suppléé par Thomas Gréaux, qui lui réside à Saint-Barthélemy … un duo pour la circonscription unique de Saint-Barthélemy et Saint-Martin.
Daniel Gibbs se présente cette fois sous la bannière « Union pour la démocratie », qui rassemble des gens de toutes tendances, non pas par choix mais selon les règles imposées par les partis politiques, à savoir que l’investiture est systématiquement donnée au député sortant qui se représente. C’est donc Claire Guion-Firmin qui a reçu l’investiture du parti LR (Les Républicains).
L’ex-président de la Collectivité veut s’engager au-delà des clivages politiques mais entent bien cependant siéger dans sa formation politique. Il demeure avant tout un homme de droite, convaincu que pour aider le social il faut d’abord remplir les caisses. « J’ai la volonté ferme de porter la réussite de la France et celle de nos îles, au-delà des clivages que génèrent des étiquettes. Pour moi, la vraie politique consiste à mettre d’abord les paroles en pratique et ensuite à parler conformément aux actions ... avec en tête l’impérieuse nécessité de défendre avant tout ce qui me paraît juste... ».
Il a choisi Thomas Gréaux, un ingénieur en bâtiment public, pour le suppléer. C’est le premier engagement de ce jeune homme très investi dans la sphère économique et sociale de Saint-Barthélemy, dont il préside depuis 2020 la Chambre économique multi-professionnelle.
 
Une expérience avérée
 
Fort de son expérience d’élu local depuis 2001 et d’ancien parlementaire, ancien Président des régions ultra périphériques de 2018 à 2020, Président de la Collectivité de Saint-Martin de 2017 à 2022 dans un contexte compliqué (Irma, crise sanitaire et sociale), il entend mettre, pour les cinq années à venir, son énergie et sa combativité au service d’un nouveau mandat de député de la Nation. Il affiche une volonté de défendre au plan national les sujets qui concernent le développement des îles du nord.
Dans ses priorités figurent pour Saint-Martin la poursuite du combat, déjà initié sous Aline Hanson, des transferts de moyens assujettis aux transferts de compétences, afin que cela soit équitable pour Saint-Martin au même titre que pour les autres territoires français. Autre sujet d’actualité, celui de la vie chère qui pour lui implique la nécessité d’avoir sur place un institut de contrôle des prix d'autant que, comme le rappelle le candidat, Saint-Martin est en termes de PIB le troisième territoire le plus pauvre après Mayotte et la Guyane.
 
Dossiers récurrents ou nouveaux
 
Lors de la conférence de presse, le candidat Gibbs a listé les autres dossiers qui lui tiennent particulièrement à cœur et qu’il entend bien défendre en tant que parlementaire : obtenir des moyens pour poursuivre les équipements structurants, consolider un tourisme durable (avec un focus sur l’aspect environnemental, le traitement et le recyclage des déchets sur place), la politique sanitaire avec une augmentation des moyens hospitaliers, et toujours dans le registre de la santé la défense du respect du libre choix de la vaccination. Pour la création d’emplois pérennes il entend bien suivre en tant que conseiller territorial les dossiers élaborés avec le précédent préfet (153 millions sur 3 ans pour la construction des deux collèges et des deux piscines). Au niveau social, il souhaite trouver des solutions pour lutter contre l’immigration irrégulière, un sujet qui gangrène Saint-Martin et dans la même optique, instaurer la dématérialisation du RSA afin de contrôler que les versements aillent aux bonnes personnes.
L’instauration d’une politique éducative qui prenne en compte les spécificités de l’île, la prise en charge des handicapés, la création d’une banque publique d’investissements et non pas seulement une branche comme c’est le cas pour beaucoup d’institutions, et l’installation de l’INSEE afin de disposer de statistiques permettant de décider chiffes à l’appui de la politique de développement du territoire font partie aussi des sujets auxquels ils souhaite s’atteler. Sans oublier, l’intensification des relations avec les îles voisines et un projet qui lui est cher celui de « l’United Congress » pour des prises de décisions communes avec la partie néerlandaise.
Les sujets concernant Saint-Barthélemy seront eux abordés la semaine prochaine par le candidat lors d’une visite sur l’île sœur.
Il appelle les électeurs à se rendre aux urnes les samedis 11 et 18 juin prochain, rappelant que si les sénateurs sont élus par leurs pairs, les députés le sont par la population.

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.