LOCAL LIFE

Karine Bertaux, Jeannine Hodge et Rudya Lake : elles sont le moteur même de la Maison de Saint-Martin et jouent un rôle majeur dans l’accompagnement des étudiants en métropole et dans la défense des intérêts du territoire dans les sphères parisiennes et européennes.
Karine Bertaux, Jeannine Hodge et Rudya Lake : elles sont le moteur même de la Maison de Saint-Martin et jouent un rôle majeur dans l’accompagnement des étudiants en métropole et dans la défense des intérêts du territoire dans les sphères parisiennes et européennes.

Une Maison de Saint-Martin à Paris : ça sert à quoi ?

25 November 2022
Beaucoup ont découvert la maison de Saint-Martin fin 2017. Elle avait été mobilisée pour venir en aide aux résidents de Saint-Martin évacués en métropole après le passage d’Irma. Mais cette antenne parisienne, créée en 2014, a bien d’autres fonctions, le plus souvent méconnues de la population. Petite visite dans ses locaux à Paris.
La représentation d’une collectivité à Paris est une obligation. Mais si l’on a reparlé récemment de la Maison de Saint-Martin, c’est parce que son prochain déménagement a fait débat. Après cinq ans rue de Varenne, elle a été installée en 2019 avenue Victor Hugo dans le très cossu 16e arrondissement de Paris. Seule l’adresse est chic car les 70m2 de bureaux sont exigus et plus que vétustes. A la fin du mois, elle déménagera donc rue de Penthièvre dans le 8e, non loin de l’Elysée, pour des locaux de 100m2 plus adaptés à ses missions ; locaux acquis par la Collectivité pour 1,61 million d’euros, frais de notaire compris. Un investissement judicieux lorsque l’on connait le montant des loyers dans la capitale !

Une assistance administrative et sociale pour les étudiants

La Maison de Saint-Martin est avant tout un point d’accueil pour les étudiants saint-martinois vivant dans l’hexagone et en Europe, mais elle est aussi le point de chute des élus et du Président de la Collectivité lors de leurs séjours parisiens. Jeannine Hodge, également en charge de la partie administrative, se concentre sur l’accompagnement des étudiants. Si les futurs étudiants sont censés faire leur démarches avant leur départ, à leurs arrivée ils se heurtent parfois à des problèmes aussi divers que celui du logement (souvent oublié et n’allant pas de pair avec une demande de bourse), de l’intégration, etc. Elle fait le lien avec le Crous de Paris, ceux de Province ou encore l’association Pelicarus, dédiée aux étudiants saint-martinois. Quelles que soient les difficultés rencontrées, elle est là pour trouver une solution. La maison de Saint-Martin est aussi présente lors des « success departure »
organisés chaque année à Saint-Martin, étape importante pour les étudiants pour préparer leurs études et leur installation en métropole.

La défenses des intérêts de Saint-Martin à Paris et à Bruxelles

Autre mission de l’antenne-relais de la Collectivité, être au plus près des centres décisionnels, pour renforcer les liens avec les institutions françaises et européennes. L’objectif est de défendre au mieux les intérêts du territoire et de faire avancer les dossiers. Deux jeunes femmes, Rudya Lake et Karine Bertaux, toutes deux chargées de mission des affaires européennes, gèrent ce suivi à Paris et à Bruxelles où elles font de fréquents déplacements. En Belgique, elles disposent depuis 2013 d’un bureau commun avec les cinq autre RUP françaises ; une mutualisation des moyens (seules la Guyane et la Guadeloupe ont des permanents sur place) qui permet de réduire les dépenses.
Leur travail au quotidien constitue en une veille juridique, soit l’examen de chaque projet règlementaire proposé par la commission afin d’apprécier et d’anticiper les enjeux pour le territoire. Elles mènent aussi un important travail de lobbying auprès des politiques, français ou européens, pour les sensibiliser, voir les influencer, afin qu’ils tiennent compte des spécificité de l’île. Ce travail de sensibilisation est essentiel car certaines dispositions européennes ne conviennent absolument pas aux besoins locaux ou peuvent même aller à leur encontre.
Sur le dossier commun des RUP, elles interviennent à la fois sur le volet politique et au sein du comité technique qui se réunit chaque mois afin de travailler sur les amendements proposés. L’augmentation du transport aérien et maritime, le financement 2021-2027 pour lequel elles ont suivi tout le processus en amont afin de monter les dossiers, de négocier les pourcentage des subventions, des taux Feder, etc font partie des dossiers pour lesquels les RUP sont solidaires pour avoir plus de poids dans les décisions.
Après deux années compliquées due à la crise sanitaire, elles envisagent désormais de venir plus souvent sur le territoire afin de travailler en direct avec tous les services de la Collectivité, pour lever certains freins et parce que les sujets sont transversaux.
On l’aura compris, la Maison de Saint-Martin permet d’avoir une présence physique là où les décisions sont prises … loin du territoire.

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.