Print this page

Saint-Martin s’affirme au SIA

28 February 2019
En métropole, le Salon International de l’Agriculture (SIA) est un événement majeur attendu par tous, et pas uniquement par les parisiens ! Les français font le déplacement pour voir les bêtes de concours, déguster les produits du terroir et découvrir d’autres horizons, ceux de la France d’Outre-Mer. Avec plus de 670 000 visiteurs attendus sur neuf jours, c’est incontestablement l’une des plus grandes vitrines du monde agricole. Y être présent, c’est sortir de l'anonymat. Et le 97150 y était !

Sur le Hall 5 dédié à l’outre-mer, les visiteurs peuvent découvrir les charmes de la Réunion, de la Martinique, de la Guadeloupe, etc. Cette année, les plus petits territoires comme Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna ou … Saint-Martin sont regroupés sur le stand de l’Office de Développement de l’Économie Agricole d’outre-mer (ODEADOM). Une présence rendue possible grâce à la CCISM qui a souhaité soutenir la filière agricole de l’île. 
Deux éleveurs, Dorvan Cocks également vice-président de la CCISM et Emmanuel Gimenez, au titre de la Sicasmart sont présents pour faire la démonstration qu’un circuit court est possible à Saint-Martin et qui plus est avec des produits de qualité. Ils proposent aux visiteurs de découvrir les produits emblématiques de l’île : la viande bovine, préparée pour l’occasion par un chef parisien, les confitures et punchs au Guavaberry en provenance du village de Colombier et le miel, une production encore confidentielle mais qui tend à se développer. 

CONTACT POSITIF AVEC LA MINISTRE DE L’OUTRE-MER

L’initiative a été saluée par Annick Girardin, visiblement très attachée aux problématiques de Saint-Martin selon Emmanuel Gimenez, lors de son passage sur le stand mardi. Elle s’est pliée volontiers à la dégustation et est repartie avec son joli sac CCISM ! Mais au-delà- de l’anecdote, cela a permis une nouvelle prise de contact avant sa venue sur l’île dans les semaines à venir. L’occasion également de faire le point sur les actions et projets de la SICASMART pour structurer la filière comme un tout nouveau centre de conditionnement, de nouveaux élevages de poules pondeuses, etc. … Ce mini-événement constitue sans nul doute un point de départ pour donner un coup de pouce à l'agriculture saint-martinoise, chose qui n’avait jusqu’à présent pas été faite.

UNE DÉLÉGATION DE LA COLLECTIVITÉ

Pour ne pas être en reste, la Collectivité avait délégué à partir de mercredi l’un de ses conseiller territorial, Raj Charbhe, son responsable du service Agriculture, Elie Touzet et un conseiller en la matière Monsieur Anaïs. Le Président Gibbs, à Paris cette semaine également, a préféré se consacrer aux dossiers concernant l’économie touristique et n’a pas fait le déplacement au SIA. Interrogé sur ce point Raj Charbhe reconnait que le tourisme, point fort de de l'économie de l'île demeure la priorité mais qu’il y a en parallèle une volonté de la Collectivité d’afficher les produits auprès d’un public plus large, résidents ou touristes.
Une prise de conscience semble donc se faire sur le fait que le tourisme puisse se développer également par ce biais. Dans cette optique, un pont entre les deux semble possible et souhaitable désormais, selon les membres de la délégation. Reste à le concrétiser. La venue à Paris de Messieurs Charbhe et Touzet était donc aussi l’occasion de rencontrer nombre de décideurs, directement sur le salon ou dans les ministères, afin que Saint-Martin puisse à l’avenir disposer de ces propres organismes pour l’agriculture et la pêche ; ceci pour une plus grande latitude et ne plus dépendre de la Guadeloupe comme c’est le cas actuellement. Les dossiers pour la mise en place d’un Comité local pour la pêche et d’un Établissement d’Élevage sont à l’ordre du jour, mais leur concrétisation risque de demander encore du temps. 
La délégation saint-martinoise a également participé au colloque qui s’est tenu au SIA mardi dernier sur le thème de l’autonomie alimentaire. Saint-Martin a été la seule île à aborder les deux aspects, en termes de sécurité alimentaire : le qualitatif et le quantitatif !
L’Agriculture était autrefois le fleuron de l’île, le boom touristique a fait qu’elle a été délaissée. Le souhait aujourd’hui est de la relancer pour renouer avec cet héritage. Pour cela il faudra que tous les acteurs y mettent du leur. Les bruits de couloir laissent entendre que la Collectivité serait même prête à prendre un stand l’année prochaine pour mettre en avant les productions locales…

Photo-5.jpg

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.