LOCAL LIFE

Hôpital : le plan blanc est réactivé

Hôpital : le plan blanc est réactivé

14 January 2022
Face à la recrudescence de l’épidémie, majoritairement ciblée Omicron, l’hôpital de Saint-Martin doit réorganiser son fonctionnement en fonction des absences de son personnel. Le plan blanc a de nouveau été déclenché, avec les conséquences que cela implique sur les soins aux patients.
Par une note de service adressée mardi 12 janvier dernier, la directrice de l’hôpital informe de la réactivation du plan blanc, « compte tenu de l’aggravation de la situation sanitaire sur l’île et de ses conséquences sur l’hôpital », et une cellule de crise qui se réunit chaque jour est mise en place.
Ainsi, les visites ne sont plus autorisées dans l’enceinte de l’établissement, sauf pour les malades où le pronostic vital est engagé et après avis médical. Pour les visites aux enfants, elles sont limitées à un parent à la fois et sur présentation du Pass sanitaire. Des visites qui devront se faire dans le respect des mesures sanitaires et du port du masque.
 
Déprogrammation des opérations chirurgicales non urgentes
 
S’agissant de l’organisation des soins, les activités de chirurgie programmées sont suspendues à l’exception des urgences et de la prise en charge des patients nécessitant un suivi dans le cadre d'une pathologie lourde entrainant une perte de chance. Le plan blanc impliquant la mobilisation de l’ensemble des personnels, les heures supplémentaires des agents sont déplafonnés et la direction a demandé à ceux ayant déposé des congés de représenter leur demande à la direction qui sera instruite en fonction des besoins liés à la continuité du service. De même, les personnels en congés ou en repos, quelle que soit leur catégorie, peuvent être rappelés si besoin et pourront être affectés à un service différent de leur affectation initiale.
Des sources issues au sein même du personnel hospitalier, nous informaient que des clusters auraient été recensés dans des services et que les cas déclarés positifs devaient quand même se présenter à leur poste. La directrice Marie-Antoinette Lampis démentait formellement ces allégations et nous indiquait : « Il n’y a pas, à ce jour, de cluster signalé dans les services de l’établissement. Pour autant, comme l’ensemble des français, un nombre conséquent d’agents s’est fait tester à l’occasion des fêtes de fin d’année. Il en est résulté une vingtaine de cas positifs, pour lesquels l’inquiétude n’est à ce jour pas de mise ». Et de poursuivre : « aucune injonction d’aucune sorte n’a été émise à l’endroit du personnel ayant vocation, aux termes de la réglementation en vigueur, à s’isoler ».
Un service de dépistage dédié au personnel a néanmoins été mis en place dans l’enceinte de l’établissement et prévoit un suivi médical en cas de positivité.

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.