LOCAL LIFE

Fête de Grand Case : 21 ou 22 … qu’importe la date, vive la fête !

Fête de Grand Case : 21 ou 22 … qu’importe la date, vive la fête !

24 July 2018

Traditionnellement, le jour de la Saint Victor, le 21 juillet, est l’occasion de célébrer la mémoire de Victor Schoelcher né un … 22 juillet. Si Monsieur le Maire n’est pas d’accord avec Monsieur le Curé sur la date à retenir, qu’importe, c’est le 21 juillet qui a été choisi pour les festivités de Grand Case. Cérémonies, défilés et costumes étaient au rendez-vous dans le plus pur respect de la tradition.

A l’issue de la cérémonie œcuménique à l’église catholique de Grand Case, élus et personnalités ont remonté le boulevard Bertin Maurice jusqu’au terrain sportif avec une première pause pour assister au défilé des majorettes, en tête de cortège, suivi de la jolie troupe folklorique Grain d’Or. Les 87 scouts et guides de France et leurs homologues Saint-Martinois qui clôturaient la marche ont suscité des applaudissements nourris de la part de toute l’assemblée présente. Rappelons qu’ils sont venus à leurs propres frais pour aider au nettoyage de l’île pendant un mois. Une initiative à nouveau saluée lors des discours prononcés selon un protocole bien établi. 
C’est donc Patricia Chance-Duzant, représentante de quartier, qui a ouvert le feu, c’est le moins que l’on puisse dire, en apostrophant les élus sur le manque de concertation évident de la Collectivité avec les conseils de quartiers. Cette absence de concertation, qu’elle signalait déjà l’année dernière évoquant « le pire pour Saint-Martin », est une violation de la loi organique et de la constitution ne laissant aucune place à la liberté d’expression. Elle a d’autre part dénoncé la décision de regrouper prochainement les quartiers 1 et 2, soit le regroupement de 15 000 personnes, très difficile à gérer selon elle, et qui, de plus, pourrait entraîner un contrôle absolu de la Collectivité … concluant que Monsieur Schoelcher n’aurait pas été content de cette situation !
Le conseiller territorial, Jean-Raymond Benjamin, le sénateur Guillaume Arnell et le Président Daniel Gibbs ne se sont pas engagés dans ce débat et se sont accordés pour parler de la reconstruction de l’île, insistant sur le fait qu’il faille prendre le temps nécessaire pour faire du mieux possible et surtout faire mieux qu’avant. Claire Guion-Firmin, députée de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, quant à elle, a salué les efforts consentis par les entreprises et les restaurateurs de Grand Case pour redonner vie à ce village afin qu’il redevienne la capitale gastronomique des Antilles. C’est Madame la Préfète qui a conclu les allocutions sur une note plus optimiste rappelant tous les atouts de l’île, dont son patrimoine historique, et ses  spécificités, en faisant une destination idéale pour les touristes en recherche de destinations non aseptisées et authentiques. 
Les festivités se sont poursuivies tout au long de la journée dans une ambiance joyeuse avec tous les ingrédients qui font la réussite de la fête : groupes de musiques, course de vélos, course de voiliers traditionnels et animations en tout genre pour petits et grands sans oublier, cela va de soi, les barbecues des lolos. 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.