ENVIRONMENT

Bilan en préfecture aux côtés de la préfète Sylvie Feucher, de la première mission à Saint-Martin de l'Agence Française pour la biodiversité.
Bilan en préfecture aux côtés de la préfète Sylvie Feucher, de la première mission à Saint-Martin de l'Agence Française pour la biodiversité.

La première mission sur Saint-Martin de l’Agence Française pour la Biodiversité vient de s’achever

21 September 2019
A cette occasion, les principaux membres de l’équipe ont fait un point sur leur action en compagnie de la Préfète Sylvie Feucher.

C’est d’ailleurs à sa demande que sont intervenus les 7 agents assermentés qui ont procédé à des contrôles et des constatations de plusieurs infractions au code de l’environnement. Ils ont donc mené des enquêtes complètes sur différents cas de pollutions volontaires et de destructions partielles de certains écosystèmes, soit à cause de dépôts massifs et sauvages de déchets ménagers ou en provenance de chantiers, soit par l’aménagement inadapté de certaines ravines ou encore de constructions illégales sur des endroits protégés tels que les sites de ponte des tortues par exemple.
Du constat au procès verbal en passant par l’audition des contrevenants jusqu’à la décision du tribunal, chaque affaire est menée de bout en bout par les services de l’AFB qui rappellent que les infractions relevées peuvent être punies par des amendes conséquentes et même de lourdes peines de prison.
Mais ces policiers de l’environnement ont également un rôle pédagogique, car ils reconnaissent que la majeure partie des habitants de l’île se sent concernée par les problèmes de préservation du milieu naturel, qu’il soit marin ou terrestre. Toutefois, des cas bien spécifiques se sont présentés comme les travaux lourds effectués dans certaines ravines qui entraînent des risques de suppression quasi complète de la biodiversité locale. Il est bien évident que d’autres missions du même type feront suite à cette grande première à Saint-Martin. Madame la Préfète qui a mis sur pied cette opération en à peine un mois s’est félicitée des résultats obtenus, à savoir : douze personnes mises en cause pour neuf infractions constatées qui ont entraîné six procédures judiciaires.
C’est un bon début mais la tâche à effectuer est encore immense pour faire prendre conscience à la population que le manque de respect de la nature peut entraîner des conséquences irrémédiables. La solution viendra peut-être de la jeunesse qui semble s’intéresser de près à ces problèmes environnementaux, grâce notamment aux actions menées dans les écoles.
 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.