EDUCATION

Une situation plus que critique pour les élèves

Une situation plus que critique pour les élèves

07 février 2020
Suivant le mouvement national de grève en contestation à la réforme des retraites, les établissements scolaires de l’île, principalement ceux du 1er degré, vivent depuis plusieurs semaines, au rythme de leurs accès entravés par des chaînes et des cadenas. Des actions menées de façon aléatoire, qui ne sont pas concrètement identifiées, et donc difficiles à anticiper, qui engendrent d’importantes difficultés pour tous. Et ceux qui en pâtissent le plus, ce sont les élèves.
 
 
Un véritable casse-tête pour la communauté éducative et les parents d’élèves. Depuis que le mouvement social contre la réforme des retraites secoue le territoire national, de manière aléatoire et sans que rien ne permette de le savoir à l’avance, telle ou telle école de Saint-Martin affiche chaque matin ses portes entravées par des chaînes. Les établissements les plus impactés jusqu’alors, sont les écoles élémentaires de Quartier d'Orléans et de Concordia. La Collectivité fait intervenir chaque matin la police territoriale et ses agents techniques pour couper les chaînes, libérant ainsi l’accès aux classes. Les enseignants non-grévistes, et ils sont majoritaires, peuvent ensuite reprendre le cours de leur classe. Sauf qu’entre temps, de nombreux élèves sont rentrés chez eux… Et au final, pour certains élèves, ce sont des jours et des jours sans école qui se succèdent depuis le mois de décembre dernier où les écoles étaient fermées pendant les mouvements contre le PPRN.
A noter que les établissements du secondaire ont peu suivi ces mouvements. Seuls le collège du Mont des Accords et le lycée professionnel, à Concordia, ont été impactés quelques jours, et pour la première fois hier, le collège de Quartier d’Orléans avait ses portes enchaînées.
 
Appel à la fin du mouvement en Guadeloupe
 
En Guadeloupe, suite à de longues heures de négociations entre le rectorat et les organisations syndicales, des avancées ont pu avoir lieu et le ministre de l’Education a pris des engagements relatifs aux principales revendications : la baisse des effectifs pour la prochaine rentrée scolaire, la réforme des retraites et le passage en zone d’éducation prioritaire de l’ensemble de l’académie. Compte-tenu de ces engagements et des avancées obtenues, les organisations syndicales ont appelé à la suspension du mouvement de grève et le recteur a demandé aux chefs d'établissement, aux inspecteurs et aux directeurs d'école de tout mettre en œuvre afin que la réouverture des établissements soit effective. Cette trêve sera-t-elle également suivie à Saint-Martin ? Seul l’avenir le dira…
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.