EDUCATION

Un recueil des Fables de la Fontaine offert à chaque élève de CM2

Un recueil des Fables de la Fontaine offert à chaque élève de CM2

28 juin 2019
Lancée en 2017, l’opération « Un livre pour les vacances », décidée par le Ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, a été reconduite pour cette année. Le recteur d’académie, Moustafa Fourar, est venu en personne remettre l'ouvrage aux élèves de CM2 de l’école Clair Saint-Maximim de Quartier d’Orléans.

Par une directive reçue du Ministère, l’ensemble du personnel de la communauté éducative sur tout le territoire national a été invité à organiser un cérémonial autour de cette action, afin de la solenniser et marquer ainsi « l’aboutissement de la scolarité des enfants à l’école primaire et préparer leur entrée au collège». Pour les élèves des classes de CM2 de l'école Clair Saint-Maximim de Quartier d’Orléans, c’est le recteur en personne, Mostafa Fourar, qui est venu mardi dernier, remettre l’ouvrage choisi par le Ministère de l’Education, un recueil de 26 fables de La Fontaine illustré par Voutch, à chacun des élèves. 

ENCOURAGER LA LECTURE PENDANT LES VACANCES D’ÉTÉ

Le souhait affiché par la communauté éducative est d’attiser la curiosité des enfants et de les inciter à avoir des temps de lecture personnels pendant les vacances de l’été. Et afin d’inciter les élèves de CM2 à s’approprier cet ouvrage et bien sûr à le lire, il a également été demandé aux professeurs des écoles de faire un travail en amont du livre offert. De même, les professeurs de 6e sont invités à réaliser auprès de ces mêmes élèves qui seront devenus collégiens en septembre, un travail de restitution à la rentrée. 

LES JEUNES FRANÇAIS LIRAIENT PLUS QU’ON NE PENSE

Selon une étude IPSOS commandée par le Centre National du Livre (CNL), 86 % des jeunes âgés entre 15 et 25 ans liraient près de treize livres ces douze derniers mois. Entre 7 et 19 ans, les 1500 jeunes interrogés ont indiqué lire globalement six livres par trimestre, soit une moyenne de trois heures par semaine. Et internet ne serait pas forcément un frein à la lecture. Des résultats qui vont à l’encontre des idées reçues. L’étude révèle également de fortes disparités entre filles et garçons, mais aussi selon le contexte familial. Et de manière générale, les foyers où l’on trouve le plus de livres sont aussi ceux où les jeunes lisent le plus. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.