EDUCATION

Lynn Taylor (UPESM) en négociation avec la Vice-présidente Annick Pétrus avant l'entrée de la délégation à la Collectivité  ( manifestation de lundi matin).
Lynn Taylor (UPESM) en négociation avec la Vice-présidente Annick Pétrus avant l'entrée de la délégation à la Collectivité ( manifestation de lundi matin).

La Com et les Service de l’Education refusent de reporter la rentrée

11 septembre 2018

L’appel fait par les parents d’élèves, les enseignants et les élèves pour reporter la rentrée des classes de quelques jours afin de laisser le temps à la Collectivité de réaliser de « petits travaux » pour améliorer les conditions de l’accueil des élèves, n’a pas été entendu. La Collectivité et les services de l’Education ont clairement refusé cette proposition.

Un groupe réunissant environ 120 personnes, parents d’élèves et élèves en tête et quelques enseignants, se retrouvait hier matin dès 7 heures, devant l’Hôtel de la Collectivité. 
Une délégation de huit personnes (3 parents, 3 enseignants et 2 élèves) a été reçue par le Président Gibbs, sa vice-présidente en charge des affaires scolaires, Annick Pétrus, l’élue Sofia Carti et Christian Climent-Pons, missionné par le Ministère de l’Education Nationale pour la reconstruction des établissements scolaires à Saint-Martin. 
La délégation a présenté un état des lieux des établissements scolaires mettant en évidence une sécurité mise à mal pour les élèves qui y sont accueillis. 
Fort de ce document, ils demandaient un report de la rentrée scolaire, le temps de réaliser de petits travaux qui permettraient un accueil dans de meilleures conditions des élèves et des enseignants. 
Après plus d’une heure de discussion infructueuse avec les élus de la Collectivité, la délégation s’est ensuite rendue dans les locaux du service de l’Education, où la même réponse leur a été faite. 
« Du côté de la Collectivité, c’est un non catégorique qui nous a été formulé, de façon hautaine et dédaigneuse ! C’est de l’avenir de nos enfants dont il s’agit », commentait Lynn Taylor, membre actif de l’UPESM qui assurait que « le mouvement allait se durcir, en demandant aux parents de ne pas envoyer leurs enfants à l’école. Nous ferons un nouveau point vendredi prochain avec les élus de la Collectivité et avec Christian Climent-Pons, du service de l’Education ». 
L’UPESM décidait de se réunir à nouveau hier en fin d’après-midi, afin de définir les modalités des actions à mener. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.