ECONOMIE

Réflexions sur le « Livre Bleu » par le responsable de la FipCom et du Medef local

Réflexions sur le « Livre Bleu » par le responsable de la FipCom et du Medef local

27 juillet 2018

Il y a quelques semaines, en conclusion des Assises de l’Outre-mer, le ministère des Outre-mer a publié le « Livre Bleu », un travail qui représente les principaux axes de l’Etat pour le quinquennat. Président de la FipCom (Fédération interprofessionnelle de la Collectivité de Saint-Martin) et de la Fédération territoriale Medef de Saint-Martin, Michel Vogel propose son analyse du « Livre Bleu ».

Le document s’appuie sur quatre grands axes, « de natures diverses, de mesures et d’outils qui visent à l’amélioration de nos territoires ». Tout d’abord, « le territoire à vivre qui vise au renforcement du cadre de vie sécuritaire, l’habitation et la démographie », ensuite « les territoires à accompagner » qui, principalement, intéresse « les problématiques de gouvernance et d’accompagnement, par les services de l’Etat, des Collectivités d’Outre-mer, en termes financiers et institutionnels », ainsi que « les territoires pionniers, en ce qui concerne le développement, la recherche, la transition énergétique, le développement durable, la biodiversité, la croissance bleu ».

Enfin, le point qui traite des « territoires de rayonnement, d’influences » et qui vise à renforcer l’intégration régionale des ultramarins, intéresse plus particulièrement Michel Vogel. « Saint-Martin, par sa situation géographique est au cœur du rayonnement de la France dans la zone Caraïbes et des Etats-Unis (…) Les projets retenus sont quelque peu hétéroclites et révèlent l’insuffisance de certaines thématiques de base ». A commencer par la compétitivité des entreprises, « ils mettent en exergue les incohérences des politiques de développement économique de l’Etat en Outre-mer. Il convient de noter que l’Etat omet de chiffrer son engagement financier, qui devra être obligatoirement mis en place ou déployé, suivant les différents territoires et leur diversité ».

UN « LIVRE BLEU » SANS RÉELLE SURPRISES

Pour le responsable de la FipCom et du Medef local, la stratégie constituée par la réforme des aides économiques pour les Outre-mer, et Saint-Martin en particulier, « le « Livre Bleu » n’apporte pas de réelles surprises. Elle est en accord avec les engagements du ministre des Outre-mer, Mme Annick Girardin, et est de nature à rassurer le monde économique et les investisseurs (…) La principale mesure est la confirmation de la prolongation du régime de l’aide fiscale à l’investissement Outre-mer jusqu’en 2015 ».

La mesure de la transformation du CICE, qui n’est pas applicable actuellement à Saint-Martin, « en exonération de charges sociales patronales, doit être surveillé et doit faire l’objet de précisions et de garanties supplémentaires. Saint-Martin devrait, à cette occasion, pouvoir entrer dans le système. Encore faut-il le demander », précise Michel Vogel.

« Les aspects sociétaux et environnementaux sont bien présents et témoignent d’une prise en compte des demandes d’amélioration générale du monde économique, ou le rôle de l’entreprise dans la création de la valeur ajoutée et en termes de création d’emplois, ont été relayés par le Mouvement des Entreprises de France (Medef) et des populations d’Outre-mer ».

LE VRP DE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE

Dans son discours du 12 mai 2017, le président Macron « a utilisé l’expression « la mère des batailles ». C’est LA promesse Macron ; redonner confiance aux Français et transformer le pays pour en faire une grande puissance du XXIe siècle dans un monde globalisé. Pas question, dès lors, d’amender son projet, fût-il désapprouvé par une foule de Français au soir du 1er tour. En la matière, le président Macron parle surtout d’économie, SA « mère des batailles ».

Pour Michel Vogel, concrètement, « il rappelle ici sa volonté de réformer le code du travail et de flexibiliser le marché de l’emploi, ainsi que celle de soutenir les entreprises françaises pour les rendre plus compétitives. Les autres mots sont savamment choisis par celui qui fut à Bercy le VRP de l’économie française. Emmanuel Macron veut tourner ses auditeurs vers l’avenir et parle de « culture et d’éducation, d’émancipation, mais aussi d’initiative », de « création » et « d’innovation » ».

COMPLIMENTS À L’ASSOCIATION JEUNESSE SOUALIGA

« Il est toujours intéressant que les Outre-mer soient entendus », considère Michel Vogel, « l’élection du nouveau président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a permis aux fédérations Medef d’Outre-mer de se retrouver et de définir des politiques générales communes (…) La suite appartient aux acteurs locaux pour utiliser les pistes données, à commencer par nos élus et nos parlementaires ».

Saint-Martin n’a pas participé pleinement, du fait des cyclones, à l’appel à projets. Une dizaine de porteurs de projets ont participé, parmi lesquels l’association Jeunesse Soualiga, dont le président Jean-Marc Gervais a été auditionné à l’Elysée par les ministres Jacqueline Gourault et Muriel Pénicaud. Michel Vogel tient à saluer l’association « qui a représenté dignement Saint-Martin » avec son projet « Une nuit d’enfer » qui « consiste en une campagne de lutte contre les conditions addictives et les conséquences sur la sécurité routière » à l’attention des jeunes et qui « mérite d’être souligné et appuyé ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.