ECONOMIE

De gauche à droite, Frédéric Wild, Alexandre Bourdon, Antoine Gomes, Stéphane Emorine et Romain Di Salvo représentant une partie du bureau de la FERCOM et Michel Vogel.
De gauche à droite, Frédéric Wild, Alexandre Bourdon, Antoine Gomes, Stéphane Emorine et Romain Di Salvo représentant une partie du bureau de la FERCOM et Michel Vogel.

Les restaurateurs relancent leur association

03 mai 2018

Jeudi matin, une dizaine de restaurateurs se sont réunis à la CCISM afin de restructurer et de relancer la moribonde FERCOM (Fédération des Restaurateurs de la Collectivité d’outre-mer). Une réunion à laquelle participait également Michel Vogel responsable local de la Fédération territoriale du MEDEF de Saint-Martin et de la FIPCOM (Fédération interprofessionnelle de la Collectivité d’outre-mer).

L’un des objectifs de cette séance était de mettre en place un bureau pour appuyer toutes les demandes que les restaurateurs de Saint-Martin vont pouvoir faire. La FERCOM a fait partie de la FIPCOM et pour Michel Vogel « elle est en train de perdre ses moyens », d’où la nécessité de remonter cette association « qui est l’une des plus importantes du tissu économique de Saint-Martin. C’est un outil à remettre en état le plus rapidement possible ».

Selon Michel Vogel, il faut que la FERCOM « reprenne la place qu’elle avait auparavant au sein des différences instances locales, et qu’elle assume ses rôles ». Frédéric Wild, initiateur de cette assemblée, affirme avec insistance que l’île est en reconstruction, « aujourd’hui, tout ce qui se passe à la Collectivité, toutes les décisions qui sont prises, et bien on n’y est pas. Tout est en train de se faire sans nous ». Wild assure que les restaurateurs sont « un poumon économique de l’île (…) Avec les hôteliers nous faisons vivre cette île ». Et d’insister sur le fait que les restaurateurs doivent être présents à toutes les réunions et qu’ils doivent participer à la reconstruction de Saint-Martin, tout en déplorant « on n’a pas pu le faire jusqu’à présent, puisqu’il n’y avait pas d’association de restaurateurs ».

Entre 50 et 70 restaurants ouverts ou en phase d’ouverture

« Le but de cette réunion est d’avoir une vraie association, avec un vrai secrétariat, un vrai bureau, qui puisse répondre aux restaurateurs », poursuit Frédéric Wild. L’association a recruté une secrétaire et avec le bureau qui sera mis en place, « durant les deux mois à venir nous allons passer chez tout le monde pour expliquer pourquoi on est là, à quoi on va servir, ce que l’on va faire et aussi récolter les cotisations pour pouvoir faire vivre l’association ».
Une cotisation qui a été fixée à 25 euros par mois et qui a été approuvée par les restaurateurs présents. Avant le passage du cyclone Irma, le nombre de restaurateurs sur la partie française était d’environ 150, « aujourd’hui on est entre 50 et 70 à être ouverts ou en phase d’ouverture. D’ici un an, un an et demi, on va retrouver notre activité quasiment totale sur l’île », assure Frédéric Wild. La salariée recrutée occupera le poste de secrétaire adjointe, et dès que l’association sera vraiment opérationnelle, les membres se réuniront une fois par mois. Durant cette réunion, la secrétaire collectera toutes les informations et les problèmes rencontrés par les membres afin de les faire remonter au bureau de la FERCOM.
Après un appel à candidature pour occuper les différents postes du bureau de la FERCOM, la présidence est revenue à Frédéric Wild, Alexandre Bourdon et Antoine Gomes sont respectivement 1er et 2e vice-présidents, Bruno Lemoine est trésorier et a pour adjoint Stéphane Emorine, le secrétaire est Romain Di Salvo et Josiane Mannella Masson occupe le poste de trésorière adjointe. Roger Masip

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.