ECONOMIE

1euro = 1 dollar ! Une première depuis la circulation de l’euro, en 2002

1euro = 1 dollar ! Une première depuis la circulation de l’euro, en 2002

15 juillet 2022
Sur fond d’inflation galopante et d’incertitude dans la zone euro du fait de la crise en Ukraine et des approvisionnements en gaz russes, l’euro est tombé à un dollar, un niveau historiquement le plus bas depuis le 1er janvier 2002, date à laquelle la monnaie unique a commencé à circuler dans onze pays de l’Union européenne.
Avec la perspective de pénurie de gaz dans la zone euro, les investisseurs délaissent la monnaie unique et privilégient le billet vert qui a ainsi gagné près de 14% depuis le début de l’année. Le conflit en Ukraine s’enlisant dans la durée, ils doutent du rétablissement par la Russie des flux de gaz et se détournent de l’Europe, entraînant la chute de sa devise, l’euro.
 
Attractivité sur le tourisme étranger pour le nord de l’île
 
Une situation historique qui favorise un petit nombre de secteurs et en défavorise un très grand nombre. En effet, seuls les industriels qui produisent en euros et exportent en dollars tirent leur épingle du jeu de cette parité entre les devises, et ce sont essentiellement les industries du luxe, les vins, les spiritueux, la haute-couture, etc… La parité entre l’euro et le dollar va favoriser également le tourisme dans la zone euro : tous les touristes porteurs de la devise dollar, vont ainsi augmenter leur pouvoir d’achat en se rendant les pays où l'euro circule. En ce sens, la partie française de Saint-Martin va devenir très attractive pour sa clientèle privilégiée, en provenance du continent américain, du nord comme du sud. Pour le coup, le nord de l’île devrait mieux s’en sortir…
 
Les prix des transports doublement impactés
 
En revanche, les grands perdants sont les petites entreprises non exportatrices et les ménages qui voient leur pouvoir d’achat s’éroder. En effet, la plupart des biens de consommations courantes vendues dans la zone euro, y-compris au nord de l'île, dépendent d’importations en provenance de l’Asie, notamment de la Chine et des Etats-Unis. Toutes des marchandises achetées en dollar. De même, les compagnies aériennes sont doublement frappées, d’une part par la pénurie d’alimentation en kérosène du fait du conflit en Ukraine qui impacte le prix à la hausse, et d’autre part par l’achat de ce carburant en dollars. Rappelons que le kérosène représente environ 30% des coûts de transport.
Pour le nord de Saint-Martin, hors-mis un effet touristique attractif sur le tourisme en provenance de l'étranger, mais également sur une clientèle en provenance du sud de l’île dont les échanges se font en dollar, les effets de cette parité entre l’euro et le dollar devraient avoir des impacts négatifs importants sur le pouvoir d’achat des ménages et sur leurs prévisions de déplacements hors de l’île.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.