Accueil

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 930
Anthony Ashford invite la population à découvrir tous les avantages du jardin collectif
Anthony Ashford invite la population à découvrir tous les avantages du jardin collectif

Un jardin convivial et solidaire

27 février 2017

Depuis près de deux ans, l’association Lili’s Tropical Garden développe à Saint-Martin le concept de jardin collectif, ouvert à toute la population.

Lorsqu’on ne dispose pas de jardin ou que l’on ne sait pas trop s’y prendre pour faire pousser tomates, persil et autres patates, il y a désormais une solution toute trouvée : le jardin collectif. Saint-Martin a vu cette heureuse initiative se réaliser grâce à Anthony Ashford, président de Lili’s Tropical Garden. Cet employé de la Collectivité qui a poursuivi des études en aménagement paysager et biologie a voulu remettre au goût du jour les anciennes pratiques qui permettaient aux aïeux de faire pousser ce qu’ils mettaient ensuite dans leur assiette. « J’ai voulu créer un projet pour les Saint-Martinois qui soit favorable à la protection de l’environnement et à la valorisation de nos richesses naturelles » commente le jeune homme, sensible à la préservation des espaces verts sur son île. Dans les tiroirs depuis de nombreuses années, Lili’s Tropical Garden a finalement pu voir le jour en 2015 à Cripple Gate, grâce à la générosité de Bernadine Joe (la Maison du Père Noël) qui a fait don d’un terrain. Depuis un deuxième jardin est né, un peu plus expérimental, à Hope Estate.

Partager la terre

Le principe du jardin collectif, comme son nom l’indique, consiste à partager la terre avec d’autres personnes. « Chaque personne peut louer un box et s’en occuper quand elle veut, et lorsqu’elle s’absente on peut entretenir ses cultures » indique Anthony. Ce jardin collectif comprend aussi un volet pédagogique grâce aux cultures sous serre où il est possible de venir apprendre les rudiments pour faire germer, bouturer, greffer… Non content de recréer un lien entre la nature et les hommes, le projet constitue aussi un formidable vecteur de lien social : « on fonctionne un peu comme une famille, c’est un loisir, un plaisir, un partage ».

Légumes, fruits, plantes

De Cripple Gate à Hope Estate, on trouve donc un peu tout ce qui peut pousser sous nos latitudes, des traditionnelles papayes, patates douces et pommes cannelles aux noix de cajou, moringa, gingembre… Les plantes aromatiques - aneth, menthe, basilic and co -  ont aussi un traitement de choix et sont vendues par l’association en petits bouquets prêts à l’emploi. Surtout, les membres de Lili’s Garden sont attachés à une agriculture biologique, sans produits chimiques.

Bienfaits naturels

Anthony adore s’épancher sur les vertus des plantes après avoir beaucoup appris aux côtés de Bernadine, « la tête pensante du jardin ». Au-delà des techniques de jardinage, le jeune homme entend ainsi transmettre à son tour ce savoir et notamment les connaissances liées aux arbustes et herbacées qui poussent naturellement sur les mornes de Saint-Martin : « le charpentier par exemple, que l’on croit à tort être une mauvaise herbe, est en réalité très efficace pour les femmes car il permet de calmer les règles douloureuses ». Passé maître dans l’art de réaliser jus de fruits vitaminés, tisanes et cataplasmes, ce passionné de jardinage ne se lassera pas d’expliquer à qui s’y intéresse les multiples bienfaits des produits naturels.

Embaucher une animatrice, mettre en place un accueil du public à Cripple Gate, ouvrir un atelier cuisine, créer une banque de graines, tisser des partenariats avec des professionnels du bien-être : cette jeune association, qui compte aujourd’hui une dizaine de membres et cinq bénévoles, fourmille de projets pour poursuivre son aventure. Et ne demande qu’à grandir.     

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.