A SAVOIR

Rappel des reblochons Chabert estampillés 74.096.050, des demi-reblochons avec le numéro d’estampille 74.289.050 et des tartiflards

Rappel des reblochons Chabert estampillés 74.096.050, des demi-reblochons avec le numéro d’estampille 74.289.050 et des tartiflards

08 juin 2018

Suite à l’identification en métropole de plusieurs cas d’infection sévère par la bactérie Escherichia coli chez de jeunes enfants ayant consommé du reblochon entier au lait cru produit par l’entreprise Chabert, un rappel a été effectué au niveau national sur l’ensemble des fromages suivants :

• Reblochons AOP entiers au lait cru portant la marque sanitaire FR 74.096.050 CE
Dénomination : Fromage AOP reblochon laitier au lait cru
Présentation : fromage entier de 450g emballé
Marque sanitaire (estampille) : FR 74.096.050 CE- avec pastille caséine rouge
Lots : lots commençant par 8CR XXXX....
Marque commerciale : toutes marques commerciales

• Demi-reblochons AOP laitier de 240g portant la marque sanitaire FR 74.289.50 CE
Dénomination : Demi-fromage AOP reblochon laitier
Présentation : demi-reblochon de 240g emballé
Portant l'estampille : FR 74.289.050 CE avec pastille caséine rouge
Lots : 20 lots avec une DLUO antérieure au 29/05/2018

• Tartiflards de 450 g portant la marque sanitaire FR 74.096.050 CE - FR 74.303.050 CE
Dénomination : fromage de Savoie au lait cru
Présentation : fromage de 450 g emballé
Portant l'estampille : FR 74.096.050 CE - FR 74.303.050 CE avec pastille caséine rouge

Lots : tous les lots et toutes les DLUO

> Les investigations menées en Guadeloupe sur ces trois produits montrent que certains ont bien été commercialisés sur l’archipel avant la mise en oeuvre de la procédure de retrait et de rappel. > Il est demandé aux personnes qui détiendraient les fromages concernés de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où ils ont été achetés. Les autorités sanitaires rappellent aux personnes qui en auraient consommé et qui présenteraient des symptômes de type diarrhées, douleurs abdominales ou vomissements qu’elles doivent consulter au plus vite leur médecin traitant en mentionnant cette consommation et le lien possible avec la bactérie Escherichia coli.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.